Navigation – Plan du site
Actualité

Éléments inédits de l’enceinte romaine

Stéphane Augry
p. 94-95

Entrées d’index

Index chronologique :

Antiquité
Haut de page

Texte intégral

Site
Place du Jet d’Eau
Le Mans
Sarthe

Date 
Janvier-mars 2014

1Une série d’opérations d’archéologie préventive, conduites par l’Inrap depuis cinq ans autour de la place du Jet d’Eau au Mans [ill. 1], ont permis de révéler des éléments inédits de l’enceinte gallo-romaine. Cette dernière présente un état de conservation remarquable et reste fortement inscrite dans le paysage urbain actuel. Les éléments mis au jour viennent alimenter un dossier déjà bien documenté par la thèse de Joseph Guilleux (Guilleux, 2000) tout en éclairant sous un jour nouveau certaines caractéristiques architecturales ou liées à l’urbanisme.

1. Les opérations préventives se situent aux abords de la cathédrale Saint-Julien qui constitue un espace urbain singulier, marqué par les lignes des murs successifs de la ville.

1. Les opérations préventives se situent aux abords de la cathédrale Saint-Julien qui constitue un espace urbain singulier, marqué par les lignes des murs successifs de la ville.

© S. Augry, d’après Guilleux, 2000

2Si la présence de la courtine au n° 2 de la place du Jet d’Eau ne faisait guère de doute, l’état de conservation de son parement a constitué une surprise. Une portion de la courtine parfaitement conservée a ainsi pu être observée sur une hauteur de sept mètres [ill. 2]. On remarque, malgré un imposant percement récent qui gêne la compréhension architecturale, un décalage dans les cordons de briques caractéristiques du monument. Ce décalage peut résulter d’une étape du chantier de construction, mais il dénonce plus probablement la présence d’une tour que toutes les restitutions font figurer à cet emplacement (tour de l’hôtel Juteau). Sur le front sud de la ville, le rythme régulier d’implantation des tours suggère effectivement cette présence. Le suivi de travaux de terrassements de faible profondeur au droit du mur n’a apporté aucune information supplémentaire.

2. L’observation d’une section de courtine au n° 2 place du Jet d’Eau a été l’occasion de recenser des éléments de décors en X et en colonne.

2. L’observation d’une section de courtine au n° 2 place du Jet d’Eau a été l’occasion de recenser des éléments de décors en X et en colonne.

© S. Augry, D. Fillon, J.-M. Richard, Inrap

3En revanche, la tour Saint-Michel, déjà reconnue partiellement dans les années 1990, a pu être étudiée en détail. Au sud du chevet de la cathédrale, un sondage ancien a été réouvert sur la fondation de cette tour qui présente la particularité d’être hexagonale et dans l’axe d’une autre tour, conservée sur le front opposé (la tour des Pans de Gorrons). La fouille a permis de découvrir le mode de fondation du bâtiment : une plate-forme circulaire de matériaux divers pris dans du mortier. Ce n’est qu’à partir du soubassement que la tour est construite autour d’un hexagone aux mesures précises qui reprennent très exactement celles de la tour des Pans de Gorrons [ill. 3]. Ce phénomène illustre à nouveau la volonté de standardisation lors de l’érection du mur de la ville.

3. La fouille de la tour Saint-Michel a permis de documenter son mode de fondation.

3. La fouille de la tour Saint-Michel a permis de documenter son mode de fondation.

© M. Dumas, Inrap

4Les connexions stratigraphiques et planimétriques de la fouille préventive de la place du Jet d’Eau permettent de poser un cadre d’étude des mutations de l’espace urbanisé ancien, rythmées par la mise en place des différentes lignes de fortification à travers le temps. La tour Saint-Michel en constitue une clé puisque elle est réoccupée dès le haut Moyen Âge et sert de raccord à la nouvelle enceinte de ville créée dans le contexte de la guerre de Cent Ans (vers 1350). Elle est toujours présente dans la paysage plusieurs siècles après, dans un contexte de réactivation des fortifications médiévales lors des guerres de Religion. L’adaptation aux armes à feu s’illustre en particulier par l’apport de remblais massifs pour la mise en place de talus d’artillerie. Elle sera dérasée lors de la mise en place de l’escalier et de la fontaine du Jet d’Eau, symboles des grands travaux d’urbanisme et d’embellissement de la ville au xixe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Guilleux J., 2000, L’enceinte romaine du Mans, Saint-Jean-d’Angély, J.-M. Bourdessoules, 268 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Les opérations préventives se situent aux abords de la cathédrale Saint-Julien qui constitue un espace urbain singulier, marqué par les lignes des murs successifs de la ville.
Crédits © S. Augry, d’après Guilleux, 2000
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/1071/img-1.png
Fichier image/png, 74k
Titre 2. L’observation d’une section de courtine au n° 2 place du Jet d’Eau a été l’occasion de recenser des éléments de décors en X et en colonne.
Crédits © S. Augry, D. Fillon, J.-M. Richard, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/1071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 3. La fouille de la tour Saint-Michel a permis de documenter son mode de fondation.
Crédits © M. Dumas, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/1071/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Augry, « Éléments inédits de l’enceinte romaine  », Archéopages, 41 | 2015, 94-95.

Référence électronique

Stéphane Augry, « Éléments inédits de l’enceinte romaine  », Archéopages [En ligne], 41 | janvier 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://archeopages.revues.org/1071 ; DOI : 10.4000/archeopages.1071

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Revues.org