Navigation – Plan du site
Dossier

L’habitat médiéval abandonné de Chevrières

Denis Maréchal
p. 64

Texte intégral

1. Le chemin qui structure l’occupation présente une largeur qui oscille entre 5 et 7 m.

1. Le chemin qui structure l’occupation présente une largeur qui oscille entre 5 et 7 m.

Délimité par des fossés, il forme dans sa partie nord un chemin creux.

Cliché et DAO D. Maréchal, Inrap

1Le site est positionné sur la première terrasse, à 200 m de la plaine alluviale. Cette dernière zone demeure encore marécageuse. L’Oise coule à 1,25 km plus au sud. Les indices d’une occupation antérieure au ixe siècle sont ténus. Les études des mobiliers n’ayant pas débuté, il faudra attendre celles-ci pour disposer d’éléments certains. Près de 550 structures sont attribuées à la période allant du ixe au xie siècle (densité de 518 St/0,5 ha). Parmi cet ensemble, se distinguent 74 silos (13 % du total), 18 « fonds de cabane », sept structures de combustion et deux probables puits. Deux constructions excavées, qui se recoupent, longues respectivement de 8,4 et 9,1 m, larges de 4,6 à 5,2 m et profondes de 0,65 m, détonent. Le plan met en évidence le rôle du chemin orienté nord-ouest/sud-est qui sert d’axe directeur [ill. 1]. Malgré l’absence de toute trace linéaire (fossés, clôtures, haies), l’alignement des fosses permet de dessiner des limites plus ou moins perpendiculaires à la voie. À l’est, les zones de fortes concentrations de structures, larges d’une vingtaine de mètres, alternent avec des espaces « vides » ou présentant une faible densité de structures, de 12 à 15 m de large. Les deux seuls blocs complets dans l’emprise donneraient une longueur également proche de 20 m. À l’ouest, l’occupation est nettement plus lâche. Les « parcelles » dépasseraient peut-être 25 m de large. L’orientation serait aussi légèrement décalée. Il faut noter que le bloc central, à l’est, possède plusieurs particularités : présence des deux puits, des deux seules inhumations (immatures), des deux grandes constructions excavées, de l’unique jeton de tric-trac. L’accumulation de ces indices pourrait indiquer un statut particulier des occupants de cet espace. Aux xiie-xive siècles, un fossé de 6 m de large et profond de 3 m est creusé au nord-ouest. Il mesure 67 m de large dans sa partie interne. L’angle nord a pu être déduit par les sondages. Le tournant observé est probablement lié à la présence de la route longeant la vallée, dont le tracé doit être ancien (Robert, 2009). Le reste du terrain paraît avoir été déserté par l’habitat à cette période. Il y aurait donc un changement important tant dans la dévolution des terrains que dans l’organisation spatiale. La construction de ce fossé – de maison forte (?) – est peut-être liée au carrefour des deux voies indiquées. L’un des intérêts du site est de pouvoir être confronté à deux interventions proches. L’une est liée à l’église, distante de 100 m. Les neuf sépultures dégagées des sondages, datées du xie siècle (Jakubowski, 2000), indiquent-elles la proximité d’une église primitive ? À Longueil-Sainte-Marie « le Cul de Fayel », soit à 1,1 km plus à l’est, la fouille sur 2 ha a livré 1 500 structures datées entre le ixe et le xie siècle (densité 375 St/0,5 ha) (Bayard, 1991).

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Le chemin qui structure l’occupation présente une largeur qui oscille entre 5 et 7 m.
Légende Délimité par des fossés, il forme dans sa partie nord un chemin creux.
Crédits Cliché et DAO D. Maréchal, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/609/img-1.png
Fichier image/png, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Maréchal, « L’habitat médiéval abandonné de Chevrières », Archéopages, 40 | 2014, 64.

Référence électronique

Denis Maréchal, « L’habitat médiéval abandonné de Chevrières », Archéopages [En ligne], 40 | avril-juillet 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://archeopages.revues.org/609 ; DOI : 10.4000/archeopages.609

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Revues.org