Navigation – Plan du site
Pratiques

Le puits en milieu urbain

Odile Maufras
p. 164-165

Texte intégral

1Le milieu urbain se caractérise par deux traits qui limitent le succès de l’enquête archéologique. L’un est la mauvaise conservation des vestiges anciens que la multitude des caves modernes a fait disparaître. Les élévations antiques et médiévales sont rarement conservées, les sols et une partie du sous-sol manquent. Ne restent de ces périodes que les aménagements qui impactent très profondément le terrain : fondations des constructions monumentales et puits. Autre trait : la densité et l’imbrication des vestiges sur plusieurs mètres d’épaisseur.

2Dans ce contexte, les puits sont des structures prometteuses. Aménagés sur une grande profondeur, ils recèlent un volume de plusieurs mètres cubes de vestiges largement issus de la surface et susceptibles de documenter les parties disparues des sites. Ainsi, l’archéologue n’aura de cesse que de curer les puits. Cependant, leur fouille n’est pas aisée en milieu urbain. Le puits n’y est pas isolé, aussi ne peut-on envisager de le traiter manuellement par tranches de 1,30 m de profondeur avec élargissement mécanique de la fenêtre de fouille par autant de paliers de sécurité que de tranches, sans avoir au préalable fouillé l’intégralité des vestiges environnants. Et cela sur une surface d’autant plus vaste que le puits est profond. Or, en milieu urbain, les surfaces de fouille sont restreintes. En 1998, à Montpellier, un puits à roue de l’hôpital du Saint-Esprit a été mis au jour (Maufras, 1999). Sa fouille par paliers n’a pas été praticable, à la fois par la présence tout alentour d’un cimetière dense, également faute de place [ill. 1]. Ici, l’équipe archéologique s’est contentée des quelques fragments d’architecture retrouvés dans le mètre supérieur pour illustrer les élévations de l’établissement. En 2005, aux abords de la cathédrale de Nîmes, c’est l’interdiction de fouiller sous le niveau inférieur des fondations du projet d’aménagement, outre son emprise réduite, qui a interdit la réalisation de paliers. La structure d’Archéopuits n’existait pas encore et seul le mètre supérieur a été fouillé. Il a livré une partie de la superstructure du puits et l’on attendait beaucoup de la fouille plus profonde qui n’a pu être réalisée (Maufras et al., 2007). En 2011, l’opération menée sur une partie du couvent des Carmes de Nîmes a mis au jour deux puits du ier siècle avant notre ère. Leur fouille avait été prévue, dès l’élaboration du projet d’intervention, et envisagée en fin de chantier. Ils n’ont été accessibles que lorsque leur environnement a été fouillé sur la surface nécessaire à la mise en place de la plate-forme, de la station de tamisage au stockage des terres extraites et à la circulation d’un engin, soit 30 à 40 m2 [ill. 2]. La fouille de ces puits a semblé décevante dans un premier temps : l’abaissement de la nappe phréatique n’a pas permis la conservation des matières organiques et aucun élément architectural n’y a été rejeté. Nous n’avons donc collecté que peu d’indices sur l’environnement paysagé et monumental du site, et aucun objet ou aménagement en bois, cuir ou tissu. Cependant, le dépôt abondant de vaisselle dans l’un des puits a permis de saisir la longue durée d’utilisation que les niveaux de surface ne permettaient pas de déceler tandis que l’autre, aménagé dans un espace d’atelier que l’on croyait voué à la tannerie, a livré quelques ossements qui ont mis en évidence une activité de pelleterie, notamment de fourrure d’hermine, que nous n’avions pas soupçonnée.

1. Plan des vestiges de l’hôpital du Saint-Esprit à Montpellier dans le cadre contraint des limites de fouille.

1. Plan des vestiges de l’hôpital du Saint-Esprit à Montpellier dans le cadre contraint des limites de fouille.

Les tracés rouges figurent l’emprise des huit paliers qui auraient été nécessaires pour vider le puits à roue sur 10 m de profondeur. Ici, le puits n’a pas été fouillé.

C. Bioul et F. Guériel

2. Les puits antiques du site des Carmes à Nîmes en fin d’opération : leur fouille n’est intervenue qu’après l’exploitation complète des vestiges alentour.

2. Les puits antiques du site des Carmes à Nîmes en fin d’opération : leur fouille n’est intervenue qu’après l’exploitation complète des vestiges alentour.

Cliché O. Maufras

Haut de page

Bibliographie

Maufras O. (dir.), 1999 : Vestiges funéraires du haut Moyen Âge et hôpital médiéval et moderne du Saint-Esprit (place du 11 novembre 1918, Montpellier, Hérault), Document final de synthèse d’opération de fouille archéologique de sauvetage, Nîmes/Montpellier, Afan/SRA, 2 vol., 332 et 103 p.

Maufras O., Plassot E., Caillat G., Abel V., Bel V., Pelle R., 2007 : La place du Chapitre et ses abords à Nîmes (Gard) : vestiges de l’occupation aux abords de la place du Chapitre du iie s. av. n. è. au xixe s., Rapport final d’opération de fouille archéologique de sauvetage, Nîmes/Montpellier, Inrap/SRA, 2 vol., 361 et 436 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Plan des vestiges de l’hôpital du Saint-Esprit à Montpellier dans le cadre contraint des limites de fouille.
Légende Les tracés rouges figurent l’emprise des huit paliers qui auraient été nécessaires pour vider le puits à roue sur 10 m de profondeur. Ici, le puits n’a pas été fouillé.
Crédits C. Bioul et F. Guériel
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/653/img-1.png
Fichier image/png, 130k
Titre 2. Les puits antiques du site des Carmes à Nîmes en fin d’opération : leur fouille n’est intervenue qu’après l’exploitation complète des vestiges alentour.
Crédits Cliché O. Maufras
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Maufras, « Le puits en milieu urbain », Archéopages, 40 | 2014, 164-165.

Référence électronique

Odile Maufras, « Le puits en milieu urbain », Archéopages [En ligne], 40 | avril-juillet 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://archeopages.revues.org/653 ; DOI : 10.4000/archeopages.653

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Revues.org