Navigation – Plan du site
Pratiques

Les remplissages de deux puits d’un temple à Magalas

Olivier Ginouvez
p. 165-166

Texte intégral

1Le site archéologique des terrasses de Montfau avoisine le pied d’un important oppidum fréquenté à partir du vie siècle avant notre ère. Fouillée anciennement, l’agglomération protohistorique occupe les abords d’un itinéraire important reliant le littoral au rebord méridional du Massif central, via la cité de Béziers établie à 20 km plus au sud. Sur une surface de 9 300 m², l’étude a concerné les vestiges d’un sanctuaire avoisiné par une série de bâtiments vraisemblablement voués à l’accueil et à l’hébergement des pèlerins. Les premiers aménagements sont pour l’instant datés du début du ier siècle avant notre ère et consistent en un vaste enclos quadrangulaire, délimité par un fossé comblé de fragments d’amphores italiques. Le site répond dès cette date à une fonction religieuse que les remaniements à venir ne feront que maintenir, au prix de modifications architecturales sans cesse renouvelées jusqu’au début du iiie siècle. Le sanctuaire primitif est matérialisé par son périmètre fossoyé. Un puits, quelques fosses isolées et deux fours à céramique lui sont également associés, mais le seul temple identifié dans le cadre de la fouille relève de la phase suivante. Peu après le changement d’ère, un mur maçonné est substitué au fossé précédent. Le nouveau péribole comprend dès lors un bâtiment de culte et un long portique adossé à la limite septentrionale de la grande esplanade.

2Deux des cinq puits mis au jour sur le site ont fait l’objet d’une étude intégrale, les moyens alloués à l’opération ne permettant pas d’envisager de fouiller l’ensemble des structures. Les constructions choisies l’ont été en raison de leur attribution chronologique : chacune correspondant à l’une des deux phases d’occupation déduite de l’étude stratigraphique. Il était par conséquent possible d’escompter la découverte d’indices en mesure d’argumenter non seulement le mode de fonctionnement du temple voisin (dédicaces, offrandes…), mais également les éventuelles spécificités du vaisselier réservé au service des pèlerins – en sus, bien sûr, des informations liées à leur alimentation et des éclairages paléoenvironnementaux attendus de la découverte de graines ou de restes de fruits. Le puits le plus ancien s’est avéré décevant. Profond de 7 m et dépourvu d’enveloppe construite, il n’a livré que très peu de renseignements. Seule la partie sommitale du remplissage incluait deux amphores italiques, ainsi que plusieurs centaines de tessons provenant de contenants vinaires du même type.

3La seconde construction, en revanche, a révélé la présence d’une stratigraphie dont l’ensemble des recharges superposées sur une épaisseur de 17 m (couches de fonctionnement et remblais d’abandon intermédiaires) abritait un mobilier très abondant ainsi qu’une grande quantité d’objets en bois et de macro restes (fruits essentiellement : noix, noisettes, raisins…). Aucun élément en rapport direct avec le sanctuaire n’a été mis au jour. La céramique est foisonnante. Une quinzaine de récipients complets a été remontée en surface (dont trois en bronze) [ill. 1], ainsi que plusieurs milliers de tessons dont l’étude (à venir) permettra de faire la part entre les matériels de puisage (des cruches le plus souvent) et les vases de stockage qui permettaient d’immerger certains aliments, ainsi conservés quelque temps dans la fraîcheur du réservoir aménagé dans la partie inférieure du conduit.

1. Vase issu du site de Magalas (Hérault).

Cliché O. Ginouvez, infographie F. Robin

Haut de page

Bibliographie

Ginouvez O., 2013 : Hérault, Magalas, Le Pendut. Projet de lotissement Les terrasses de Montfau, Rapport final d’opération, diagnostic archéologique, Inrap Méditerranée.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Cliché O. Ginouvez, infographie F. Robin
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Ginouvez, « Les remplissages de deux puits d’un temple à Magalas », Archéopages, 40 | 2014, 165-166.

Référence électronique

Olivier Ginouvez, « Les remplissages de deux puits d’un temple à Magalas », Archéopages [En ligne], 40 | avril-juillet 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://archeopages.revues.org/654 ; DOI : 10.4000/archeopages.654

Haut de page

Auteur

Olivier Ginouvez

Inrap, UMR 5140 « Archéologie des sociétés méditerranéennes »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Revues.org