Navigation – Plan du site
Pratiques

Chronologie de l’occupation de la villa de la Lesse à Sauvian basée sur l’étude des céramiques issues des puits

Pierre Rascalou
p. 166-168

Texte intégral

1La fouille de puits apporte généralement un volume considérable de mobiliers. Pour le céramologue, cela signifie la gestion de nombreuses caisses encombrantes et l’étude de milliers de tessons appartenant à quelques dizaines de vases, essentiellement des cruches qu’il faut au préalable tenter de reconstituer. Le remontage des vases prend beaucoup de temps sur celui attribué à l’étude des céramiques. C’est pourtant une étape obligée. Il suit un protocole d’inventaire prenant en compte les caractères technologiques et typologiques, la fragmentation et l’état de conservation du vase, la présence et l’aspect de la poix encore adhérente aux parois des tessons. Ce remontage permet d’envisager des présentations muséographiques, d’apporter des précisions typochronologiques pour des formes connues jusque-là uniquement par des fragments ou encore de calculer la contenance de vases complets. Il est encore nécessaire afin de mieux isoler les vases en situation fonctionnelle de ceux présents de façon plus fortuite ou résiduelle. Il permet ainsi une bien meilleure approche chronologique sur des lots particulièrement difficiles à dater, car essentiellement composés de céramiques communes. Les fréquences des céramiques ou de certaines catégories, établies de façon la moins subjective possible, aident à caractériser les types de comblement, qu’ils soient liés à l’utilisation, la désaffection ou la condamnation du puits [ill. 1a]. Visuellement, les niveaux de fonctionnement sont mieux perçus. Les remblais ou les remplissages naturels, avec de plus faibles concentrations ou des mobiliers hétérogènes, occupent en général les parties supérieures. Dans le détail, les variations de fréquences peuvent aussi suggérer l’utilisation préférentielle de seaux ou l’usage de conteneurs en matériaux périssables. L’examen des céramiques issues des puits ne se réduit pas aux seuls champs de la céramologie. Il doit contribuer à une meilleure perception du statut du site, de son économie et de son évolution. Les décapages réalisés sur la villa de la Lesse à Sauvian (Hérault) ont mis au jour deux puits (Pomarèdes, 2011). Un premier est situé en bordure d’une cour centrale, tandis que le second est positionné plus à l’écart des bâtiments.

1a. Fréquence des céramiques dans les puits de la Lesse.

1a. Fréquence des céramiques dans les puits de la Lesse.

P. Rascalou

2Une grande partie des céramiques collectées au cours de la fouille provient d’ensembles datés autour du changement d’ère. À partir de l’époque flavienne, les témoins se font beaucoup plus discrets. Mis à part quelques niveaux tardifs en lien avec la récupération de matériaux, la plupart des niveaux d’occupation paraissent antérieurs au milieu du iie siècle de notre ère. De façon assez logique, cette situation pourrait s’expliquer par un abandon rapide du site. La mauvaise conservation de niveaux supérieurs sera avancée, notamment au regard de mobiliers plus récents parfois rencontrés hors stratigraphie. On nuancera un cadre chronologique réduit, souvent le résultat de la fouille de vestiges marquant les phases de construction ou de réaménagement. C’est sans doute le cas pour la villa de la Lesse. Une fois atteint son optimum de développement, le site ne fournit plus, ou peut-être pas assez pour être perceptibles, de rejets permettant de prolonger son occupation au iie siècle, voire même au iiie siècle de notre ère. Pour illustrer ces périodes, on ne dispose plus de structures en creux, ces pièges à artefacts que sont les fosses d’extraction de matériaux ou les tranchées d’implantation de constructions.

3L’examen des céramiques issues des puits présente une image bien différente sur la chronologie de l’occupation. On y rencontre surtout du matériel en usage au iie siècle et encore au iiie siècle de notre ère [ill. 1b]. Une opération archéologique menée sans la fouille des puits nous aurait probablement conduits à envisager un abandon précoce du site au profit de la villa de la Domergue. Ce grand domaine est établi à moins de 1 km au nord et son occupation se prolonge jusqu’à la fin de l’Antiquité. La situation paraît plus complexe si l’on envisage comme possible le maintien d’une occupation et d’activités plus discrètes sur le site.

4La fouille des puits de la Lesse permet d’illustrer les problèmes de taphonomie que l’on peut rencontrer à la surface des sites et d’apporter des nuances sur les modèles d’implantation et de disparition des habitats ruraux antiques.

1b. Répartition par quart de siècle du nombre de céramiques découvertes sur la villa de la Lesse.

1b. Répartition par quart de siècle du nombre de céramiques découvertes sur la villa de la Lesse.

P. Rascalou

Haut de page

Bibliographie

Pomarèdes H. (dir.), 2011, Implantation d’une ferme pré-augustéenne et développement d’une petite villa de la cité de Béziers (fin ier s. av. / iiie s. ap. J.-C.), La Lesse, Sauvian (Hérault), Rapport final d’opération, Inrap Méditerranée, 377 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1a. Fréquence des céramiques dans les puits de la Lesse.
Crédits P. Rascalou
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/655/img-1.png
Fichier image/png, 22k
Titre 1b. Répartition par quart de siècle du nombre de céramiques découvertes sur la villa de la Lesse.
Crédits P. Rascalou
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/655/img-2.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Rascalou, « Chronologie de l’occupation de la villa de la Lesse à Sauvian basée sur l’étude des céramiques issues des puits », Archéopages, 40 | 2014, 166-168.

Référence électronique

Pierre Rascalou, « Chronologie de l’occupation de la villa de la Lesse à Sauvian basée sur l’étude des céramiques issues des puits », Archéopages [En ligne], 40 | avril-juillet 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://archeopages.revues.org/655 ; DOI : 10.4000/archeopages.655

Haut de page

Auteur

Pierre Rascalou

Inrap, UMR 5140 « Archéologie des sociétés méditerranéennes »

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Revues.org