Navigation – Plan du site
Pratiques

Des qanàts en Gaule Narbonnaise

Roland Haurillon
p. 168-169

Texte intégral

1Avec l’intervention de l’association Archéopuits, une équipe de l’Inrap a pu étudier trois puits antiques au nord-est de Béziers (Hérault) (Haurillon et al., 2011 et 2012 ; Haurillon, 2012). Situés en contexte rural, hors habitat, carrés ou circulaires, parfois bâtis, ils ont une profondeur de 5, 10 et 11,5 m. Grâce à leur fouille exhaustive, nous avons pu mettre en évidence leur relation avec des galeries drainantes souterraines appartenant à trois réseaux différents.

2Le milieu hydrogéologique local est propice à la formation de petits aquifères. Pour récupérer cette précieuse ressource, les Romains utilisent un système d’exploitation en puits-galerie. Le procédé consiste à creuser à la sape un tunnel quasi horizontal à partir de puits verticaux alignés et équidistants. Les nappes perchées sont alors traversées par certains de ces puits (puits-mères) dont l’eau est récupérée par ladite galerie. La récolte se fait donc ici par captage, mais également par percolation [ill. 1]. En effet, la galerie souterraine draine aussi l’eau contenue dans l’aquifère gréseux dans laquelle elle a été creusée. Cette eau exsude sous forme de fines gouttelettes le long des parois. C’est la récolte des « larmes » ou « pleurs de terre », expression utilisée dans la littérature archéologique du xviiie siècle pour décrire ce phénomène déjà observé dans d’autres ouvrages mal datés, au nord de Béziers (Sabatier, 1854). L’eau est ensuite acheminée par une rigole aménagée à la base de la galerie souterraine, jusqu’à une vaste citerne enterrée. Un tel stockage d’appoint permet ainsi d’alimenter certaines activités domestiques, agricoles ou artisanales.

1. Schéma de fonctionnement de la structure hydraulique du site de Mazeran à Béziers.

1. Schéma de fonctionnement de la structure hydraulique du site de Mazeran à Béziers.

F. Vinolas, R. Haurillon et F. Robin

3Ce système hydraulique reconnu sur le territoire de Béziers est analogue à des ouvrages recensés sur tout le pourtour méditerranéen (Goblot, 1979). Ils portent le nom de « qanàt ». Si le milieu scientifique s’accorde à lui donner une origine eurasienne qui remonterait au ier millénaire avant notre ère, ce savoir-faire serait encore plus ancien puisqu’il hériterait de techniques minières. Quelques ouvrages similaires ont été étudiés, principalement en Gaule Belgique (Kayser, Waringo, 2003 ; Boulanger, 2009). Cependant, c’est la première fois que la fouille d’une série de puits met en évidence l’utilisation de cette technique en Gaule Narbonnaise. Associées à celles présentées dans cette rubrique, ces découvertes biterroises confirment l’intérêt d’une collaboration avec Archéopuits, dans le cadre de ce type d’intervention archéologique. Elle doit bien évidemment être stimulée par une volonté scientifique pour faire aboutir une réflexion ouverte sur la problématique de ces ouvrages.

Haut de page

Bibliographie

Boulanger K., 2009, Les « qanàts » gallo-romains de Lorraine, in C. Aradie-Reynal, S. Provost et P. Vipard (dir.), Les réseaux d’eau courante dans l’Antiquité : réparations, modifications, réutilisations, abandon, récupération, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 133-144.

Goblot H., 1979, Les qanàts, une technique d’acquisition de l’eau, Paris, Mouton, 1979.

Haurillon R., Court-Picon M., Femenias J.-M., Figueral I., Forest P., Pallier C., Rascalou P. et Tardy C., 2011, L’Ouvrage hydraulique souterrain de Mazeran : aqueduc, qanàt ou qanàtqueduc ? Béziers (34), Autoroute A75 – Section Béziers-Pézenas, Rapport final d’opération, Inrap Méditerranée, 208 p.

Haurillon R., Bruxelles L., Femenias J.-M., Figueral I., Forest V., Mignot O., Pallier C., Rascalou P. et Tardy C., 2012, Techniques hydrauliques antiques oubliées ou disparues. L’exemple des galeries drainantes souterraines de Béziers (34) et l’adduction en conduite forcée par sextuple siphon inversé de Causses-et-Veyran (34). Opération ZAC de Mazeran, Tranche 1, lieu-dit « Le Garissou », Rapport final d’opération, Inrap Méditerranée, 128 p.

Haurillon R., 2012, « Découverte d’une galerie drainante souterraine d’époque romaine à Béziers (34) », Subterranea, 164, p. 115-123.

Kayser P., Waringo G., 2003, « L’aqueduc souterrain des Raschpëtzer, un monument antique de l’art de l’ingénieur au Luxembourg », Revue archéologique de l’Est, 52, p. 429-444.

Sabatier E., 1854, « Histoire de la ville et des évêques de Béziers », Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Schéma de fonctionnement de la structure hydraulique du site de Mazeran à Béziers.
Légende F. Vinolas, R. Haurillon et F. Robin
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/657/img-1.png
Fichier image/png, 150k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Haurillon, « Des qanàts en Gaule Narbonnaise », Archéopages, 40 | 2014, 168-169.

Référence électronique

Roland Haurillon, « Des qanàts en Gaule Narbonnaise », Archéopages [En ligne], 40 | avril-juillet 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://archeopages.revues.org/657 ; DOI : 10.4000/archeopages.657

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Revues.org