Navigation – Plan du site
Actualité

Profondes mutations d’un monument

Catherine Viers
p. 172-173

Entrées d’index

Index chronologique :

Moyen Âge, Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

Site
Château
Nègrepelisse
Tarn-et-Garonne

Date
Juin 2011-janvier 2012

Superficie
2 500 m2

Équipe
Topographie
Axel Daussy, Inrap

1On ne sait rien de l’origine du château de Nègrepelisse. Il apparaît en 1315, cédé par Louis X le Hutin à son oncle Louis, comte d’Évreux, qui le vendit en 1318 à Pierre Duèze, seigneur de Montbrun et frère du pape Jean XX. Son fils Arnaud prit le nom de Caraman, du comté qu’il avait acheté, et le château restera en possession de cette famille jusqu’au xviie siècle. Par voie de succession, il échoit à Henri de Beaumanoir de Lavardin en 1615, qui le vendit à Henri de la Tour, duc de Bouillon et prince de Sédan. Après de nombreux changements de propriétaires, il revient en 1752 à Pierre-François Bergeret. Son fils, Pierre Jacques Onésime, réalisa une grande campagne de travaux de rénovation. Le château tombe en décrépitude à partir du milieu du xixe siècle : il sert de carrière, puis, racheté par la mairie, est arasé au niveau de la cour intérieure et aménagé en esplanade. En 1986, la municipalité décide de mettre en valeur les vestiges de la fortification et pratique d’importants nivèlements pour dégager les murailles. À la même époque, les parements en grande partie dégarnis sont restaurés.

2La fouille a concerné la totalité de l’emprise de la cour, la cave qui longe la façade nord et la tour maîtresse [ill. 1]. Les niveaux de sol ont complètement disparu, mais plusieurs fosses ont été découvertes dans la cour, parmi lesquelles trois renferment un mobilier d’époque carolingienne attestant d’une occupation du site dès le haut Moyen Âge. La construction du château en pierre a été précédée d’une fortification, probablement en bois, dont témoigne un fossé sur lequel s’implante la courtine sud. L’architecture du château présente les caractéristiques d’une construction des xiiie-xive siècles : plan de type Philippe Auguste (Mesqui, 2013), moyen appareil réglé de moellons à tête dressée dans un calcaire froid éclaté au taillant, évacuation des eaux usées intégrées dans les maçonneries avec bouches au nu des parements se déversant au pied des courtines, poterne située à mi-hauteur de la courtine nord. Excepté cette dernière, l’arasement de la construction n’a permis la conservation d’aucune ouverture, ni même des fondations des murs intérieurs du château, si bien que sa disposition initiale est conjecturelle. Seule une série d’ouvertures à ébrasement simple, mais dont les pierres de parement ont disparu, atteste de la présence de jours en fente ou d’archères le long de la courtine orientale. L’examen des maçonneries a permis de mettre en évidence des reprises de chantier et deux repentir en fondation (un sur la courtine orientale et l’autre au niveau de l’articulation avec la tour maîtresse). L’étude du bâti de la cave montre que celle-ci est entièrement d’époque moderne. L’ancrage du voûtement de cette dernière s’est fait en dégarnissant le parement médiéval de la courtine. Les travaux du xviiie siècle transforment profondément le château. Le corps de logis au-dessus de la cave est modernisé et la cour entièrement restructurée. Des cages d’escalier et un mur écran, bâti en avant de la courtine orientale, transforment sa géométrie au goût en usage sous Louis XIV. Le démontage sous suivi archéologique de ces murs a livré un lot très homogène de plus de 230 blocs d’architecture datés entre 1460 et 1520, utilisés en remploi dans la fondation [ill. ouverture]. Les blocs d’une même baie sont souvent regroupés dans la fondation suggérant un approvisionnement sur place. Cette découverte illustre une période du château totalement méconnue qui affirme une magnificence dont la région Midi-Pyrénées a gardé peu de témoignages.

Les blocs d’architecture utilisés en remploi dans la fondation des murs du xviiie siècle du château de Nègrepelisse, dans le Tarn-et-Garonne, fouillé en 2011 sous la responsabilité de Catherine Viers (Inrap).

Les blocs d’architecture utilisés en remploi dans la fondation des murs du xviiie siècle du château de Nègrepelisse, dans le Tarn-et-Garonne, fouillé en 2011 sous la responsabilité de Catherine Viers (Inrap).

© O. Dayrens, Inrap

1. Plan phasé du château.

1. Plan phasé du château.

Le château de Nègrepelisse se présente sous la forme d’une enceinte quadrangulaire de 50 m de côté flanquée de tours rondes aux angles et est bâti sur une légère éminence en rive gauche de l’Aveyron. La tour maîtresse, de plan carré, s’implante à cheval sur la courtine méridionale.

© Relevé A. Daussy, DAO C. Viers, Inrap

3Bien qu’aucune baie n’ait pu être reconstituée en totalité, le classement typologique a permis d’identifier des fragments de gâbles à accolade, enrichis de crochets végétaux [ill. 2], ornant le sommet d’au moins deux portes. Un linteau mouluré avec cavets d’adoucissement appartient certainement à l’une d’elles. Sept types de fenêtres à croisée ont été répertoriés. La plus dépouillée comporte un simple chanfrein. La plus monumentale développe une mouluration complexe ornée de colonnettes torsadées à bases prismatiques et bordée de pilastres lisses dont le sommet est agrémenté de pinacles [ill. 3]. Les pilastres devaient filer sur toute la hauteur de la façade, encadrant les fenêtres superposées des différents niveaux. Une autre fenêtre, très incomplète, s’orne de colonnettes à décor d’écailles. Le sommet des murs gouttereaux s’agrémentait de lucarnes aux frontons en pierre dont les rampants moulurés ont été reconnus. Deux types ont été distingués, le plus imposant est surmonté d’un épi polygonal, et des mortaises permettent l’ancrage d’un décor sculpté [ill. 4]. Grâce aux entablements, au moins trois cheminées monumentales aux moulures complexes et puissantes, dont le plan alterne courbes et contre-courbes, ont été restituées. La présence de deux niches à dais [ill. 5], et de fausses gargouilles figurant des lions assis complètent l’image d’une façade très richement ornée, entièrement effacée par les transformations de la fin de l’époque moderne. L’histoire du château de Nègrepelisse, dont seules les fondations nous sont parvenues, apparaît comme celle d’un bâtiment en perpétuelle mutation, dont l’apparence, au gré du contexte politique et des modes, évolue de façon radicale : la totale transformation de l’aspect du château, au xviiie siècle ; la transformation d’un édifice militaire en résidence de prestige et expression d’un pouvoir ostentatoire à la fin du Moyen Âge (Mesqui, 1993 ; Cocula, Combet, 2011). Sans la réutilisation de ce lapidaire, relégué en fondation, sa redécouverte et son étude, c’est tout un pan de cette histoire qui nous échappait.

2. Crochet en feuilles de choux ornant le gâble d’un portail, découvert en huit exemplaires.

2. Crochet en feuilles de choux ornant le gâble d’un portail, découvert en huit exemplaires.

© C. Viers, Inrap

3. Proposition de restitution d’une fenêtre à croisée à décor de colonnettes torsadées et bordée de pilastres surmontés de pinacles.

3. Proposition de restitution d’une fenêtre à croisée à décor de colonnettes torsadées et bordée de pilastres surmontés de pinacles.

© C. Viers, Inrap

4. Proposition de restitution d’un fronton de lucarne avec épi de faîtage polygonal.

4. Proposition de restitution d’un fronton de lucarne avec épi de faîtage polygonal.

© C. Viers, Inrap

5. Restitution d’un dais, dont la couverture pyramidale sculptée de feuilles de chardons et de pinacles abritait probablement des statues.

5. Restitution d’un dais, dont la couverture pyramidale sculptée de feuilles de chardons et de pinacles abritait probablement des statues.

© C. Viers, Inrap

Haut de page

Bibliographie

Cocula A.-M., Combet M., 2011 : Château, naissance et métamorphoses, Actes des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, 24-26 septembre 2010, Pessac, Bordeaux Ausonius (coll. Scripta mediaevalia, 19).

Mesqui J., 1993 : Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence. t. 2, De la défense à la résidence, Paris, éd. Picard.

Mesqui J., 2013 : Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence. t. 1, Les organes de la défense, Paris, éd. Picard.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les blocs d’architecture utilisés en remploi dans la fondation des murs du xviiie siècle du château de Nègrepelisse, dans le Tarn-et-Garonne, fouillé en 2011 sous la responsabilité de Catherine Viers (Inrap).
Crédits © O. Dayrens, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre 1. Plan phasé du château.
Légende Le château de Nègrepelisse se présente sous la forme d’une enceinte quadrangulaire de 50 m de côté flanquée de tours rondes aux angles et est bâti sur une légère éminence en rive gauche de l’Aveyron. La tour maîtresse, de plan carré, s’implante à cheval sur la courtine méridionale.
Crédits © Relevé A. Daussy, DAO C. Viers, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/660/img-2.png
Fichier image/png, 155k
Titre 2. Crochet en feuilles de choux ornant le gâble d’un portail, découvert en huit exemplaires.
Crédits © C. Viers, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/660/img-3.png
Fichier image/png, 29k
Titre 3. Proposition de restitution d’une fenêtre à croisée à décor de colonnettes torsadées et bordée de pilastres surmontés de pinacles.
Crédits © C. Viers, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/660/img-4.png
Fichier image/png, 50k
Titre 4. Proposition de restitution d’un fronton de lucarne avec épi de faîtage polygonal.
Crédits © C. Viers, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/660/img-5.png
Fichier image/png, 27k
Titre 5. Restitution d’un dais, dont la couverture pyramidale sculptée de feuilles de chardons et de pinacles abritait probablement des statues.
Crédits © C. Viers, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/660/img-6.png
Fichier image/png, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Viers, « Profondes mutations d’un monument », Archéopages, 40 | 2014, 172-173.

Référence électronique

Catherine Viers, « Profondes mutations d’un monument », Archéopages [En ligne], 40 | avril-juillet 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 août 2017. URL : http://archeopages.revues.org/660 ; DOI : 10.4000/archeopages.660

Haut de page

Auteur

Catherine Viers

Inrap, responsable d'opération

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Revues.org