Navigation – Plan du site
Actualité

Du lieu de culte au grenier ?

Sylvie Cocquerelle
p. 174-175

Texte intégral

Site
Cap Vosges
Damblain
Vosges

Date
Mai-octobre 2008
Mai-juillet 2009

Surface fouillée
50 000 m2

Équipe
Responsable d’opération
Karine Boulanger

Numismatique
Laurent Forelle

Anthropologie
Arnaud Lefebvre

Céramologie
Cécile Pillard-Jude

Occupation médiévale
Marilyne Prévot

Mobilier métallique
Sandrine Zanatta-Weber

1La fouille a permis de mettre au jour une villa gallo-romaine de 5 ha dont la pars urbana et la pars rustica ont pu être entièrement étudiées [ill. 1] et l’occupation datée de la seconde moitié du ier siècle au milieu du iiisiècle (Boulanger et al, 2012). La pars rustica occupe une surface de 1,6 ha et comporte six bâtiments dont un érigé en position centrale : le bâtiment 5. Ce dernier, à ce stade de recherche, est un hapax, qu’il s’agisse de son architecture ou de l’évolution supposée de sa fonction : d’un lieu de culte à une annexe agricole. En outre, il semble devenir le point central de l’habitat qui se développe sur le site à l’époque mérovingienne. Enfin, les indices de l’existence d’un petit cimetière carolingien à ses abords conduisent à s’interroger sur l’éventuelle implantation d’une chapelle sur ses ruines.

1. Plan général simplifié de l’ensemble des vestiges gallo-romains de Damblain.

1. Plan général simplifié de l’ensemble des vestiges gallo-romains de Damblain.

Le bâtiment 5 est en position centrale, légèrement surélevé, au point de croisement des diagonales de la cour agricole et dans l’axe de la salle de réception principale de la pars urbana.

© K. Boulanger, Inrap

2L’édifice cultuel antique est, dans un premier temps, constitué d’une simple cella rectangulaire proche du carré [ill. 2, e.503]. Elle est associée à un élément architectural non conservé (pilier, autel, statue…), implanté au-dessus d’une fosse, en avant de la façade est. Un petit dépôt votif a été déposé au fond de l’excavation, constitué a minima de deux rouelles, d’un fragment de bracelet en alliage cuivreux et de trois monnaies : un potin éduen à hippocampe, un as de Néron postérieur à 64 (le revers commémore la victoire de l’empereur sur les Parthes et les Bretons) et une monnaie de bronze illisible. La deuxième phase intègre l’élément architectural à l’édifice grâce à la construction d’une nouvelle pièce (e. 506). Son agrandissement s’achève dans une troisième phase, par l’ajout d’une entrée côté est (e. 505).

2. Le bâtiment 5 et ses quatre phases de construction.

2. Le bâtiment 5 et ses quatre phases de construction.

Le dépôt votif correspond à la première phase, le dépôt en vase, à la quatrième. Les trois premières phases témoignent d’une fonction cultuelle, la dernière, avec la transformation complète de l’édifice, incite à l’interpréter comme une annexe de type tour-grenier.

© S. Cocquerelle, Inrap ; restitution 2D, C. Gaston, Inrap

3L’évolution de cet édifice, qui s’échelonne du milieu du ier au début du iie siècle, suscite une première interrogation. Les recherches comparatives, effectuées dans le quart nord-est de la Gaule, n’ont en effet pas permis de trouver un lieu de culte de type mausolée de fondation ou temple, car il a été agrandi à deux reprises, passant d’un plan quadrangulaire à un plan rectangulaire.

4Lors de la quatrième phase, au iie siècle, le bâtiment subit une profonde restructuration. L’élément architectural est récupéré, le mur situé entre la pièce centrale et l’entrée est arasé ce qui crée un nouvel espace dont le sol est recouvert d’un remblai argileux (e. 508). L’emplacement de la fosse disparaît donc complètement. Un nouveau mur dressé au centre du bâtiment matérialise une cage d’escalier, qui induit l’accès à un étage (e. 502). Une petite pièce semi-excavée, correspondant probablement à un lieu de stockage, est ajoutée côté nord (e. 504). Enfin, la matérialisation d’une nouvelle entrée côté sud est attestée par l’implantation de deux poteaux formant un appentis (e. 507), donnant au bâtiment 5 une configuration en T.

5Ces profondes modifications nous incitent à considérer que, lors de cette dernière phase, l’édifice aurait pu remplir une fonction agricole et non cultuelle. Le bâtiment 5 serait devenu une annexe de la villa, et la rareté du mobilier domestique associé suggère un lieu de stockage de type tour-grenier. Si un culte perdure dans les lieux, il ne peut pas avoir la même teneur, mais l’exclure est hasardeux. On en veut pour preuve la présence, au nord du cellier, d'un vase déposé en terre entre la fin du ier et le début du iie siècle et qui semble correspondre un geste rituel.

6À ce jour, les recherches comparatives d’édifices cultuels ayant connu une transformation en annexe agricole se sont révélées infructueuses pour cette période antérieure au milieu du iiie siècle. Les bâtiments gallo-romains au plan en T s’avèrent également inconnus pour le nord-est de la Gaule.

7Aux vie et viie siècles, le site connaît une phase de réoccupation : l’installation d’un habitat mérovingien [ill. 3]. L’organisation de certains vestiges révèle une concentration en ellipse autour du bâtiment 5, à l’intérieur d’une zone définie par les bâtiments antiques en ruine. On relève quelques indices de fréquentation pour la période carolingienne. En effet, la présence d’ossements humains à proximité de l’édifice, mais aussi dans le niveau d’abandon du cellier, pose clairement la question de sa restauration, de sa réoccupation et une fois encore de sa fonction. L’hypothèse d’une réutilisation comme lieu d’inhumation peut être formulée, mais les arguments décisifs font encore défaut.

3. Développement des bâtiments et structures du premier Moyen Âge autour du bâtiment 5.

3. Développement des bâtiments et structures du premier Moyen Âge autour du bâtiment 5.

Les sépultures datées de l’époque carolingienne, toutes localisées à proximité du bâtiment, ont été détruites par les labours et les travaux d’aménagement de la base aérienne en 1950.

© S. Cocquerelle, Inrap

8Ce bâtiment soulève donc des interrogations multiples et complexes : transformation d’un édifice cultuel en annexe agricole dès le iie siècle ? Utilisation comme lieu d’inhumation à l’époque carolingienne ? Elles pourront être approfondies dans le cadre du travail de publication monographique du site en 2014-2015. Par cet article, nous espérons ainsi interpeler et faire réagir la communauté scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Boulanger K. et al, 2012 : Damblain, Vosges, La Cave, La villa à la Néréide. Un domaine agricole antique - pars urbana et pars rustica - réoccupé au premier Moyen Âge, Rapport d’opération de fouille archéologique, Metz, Inrap Grand Est Nord, 6 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Plan général simplifié de l’ensemble des vestiges gallo-romains de Damblain.
Légende Le bâtiment 5 est en position centrale, légèrement surélevé, au point de croisement des diagonales de la cour agricole et dans l’axe de la salle de réception principale de la pars urbana.
Crédits © K. Boulanger, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/664/img-1.png
Fichier image/png, 118k
Titre 2. Le bâtiment 5 et ses quatre phases de construction.
Légende Le dépôt votif correspond à la première phase, le dépôt en vase, à la quatrième. Les trois premières phases témoignent d’une fonction cultuelle, la dernière, avec la transformation complète de l’édifice, incite à l’interpréter comme une annexe de type tour-grenier.
Crédits © S. Cocquerelle, Inrap ; restitution 2D, C. Gaston, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/664/img-2.png
Fichier image/png, 173k
Titre 3. Développement des bâtiments et structures du premier Moyen Âge autour du bâtiment 5.
Légende Les sépultures datées de l’époque carolingienne, toutes localisées à proximité du bâtiment, ont été détruites par les labours et les travaux d’aménagement de la base aérienne en 1950.
Crédits © S. Cocquerelle, Inrap
URL http://archeopages.revues.org/docannexe/image/664/img-3.png
Fichier image/png, 95k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Cocquerelle, « Du lieu de culte au grenier ? », Archéopages, 40 | 2014, 174-175.

Référence électronique

Sylvie Cocquerelle, « Du lieu de culte au grenier ? », Archéopages [En ligne], 40 | avril-juillet 2014, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://archeopages.revues.org/664 ; DOI : 10.4000/archeopages.664

Haut de page

Auteur

Sylvie Cocquerelle

Inrap, responsable de secteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Revues.org