Navigation – Plan du site
Thèses soutenues

Construire au Moyen Âge en région Centre

Économie de la pierre et techniques de construction du xiie au xvie siècle. L’apport des chantiers d’archéologie préventive
Simon Bryant
p. 176-177

Texte intégral

21 mars 2014

Université Paris I, Panthéon-Sorbonne

Directrice de thèse :
Joëlle
burnouf Professeure émérite d’archéologie médiévale, Université Paris I

Membres du Jury :
Florence Journot,
Maître de conférences, Université Paris I
Bruno Phalip,
Professeur d’Histoire de l’art et d’archéologie médiévale, Université de Clermont-Ferrand
Patrick Ponsot,
Architecte en chef des Monuments historiques
Christian Sapin,
Directeur de recherches, CNRS, UMR 6298 ARTeHIS, Université de Dijon
Jean Terrier, Professeur, Unité d’Archéologie classique, Université de Genève

1Ce mémoire constitue une mise en perspective de presque vingt ans d’interventions archéologiques réalisées dans le cadre des chantiers de restauration et d’aménagement du « patrimoine architectural et archéologique ». On estime avant tout qu’il s’agit de vestiges avant d’être considérés ou non comme du « patrimoine ». La première partie est composée d’une réflexion sur le cadre réglementaire et institutionnel qui détermine quand et comment l’archéologie peut intervenir dans un contexte où les processus gouvernant la recherche archéologique se juxtaposent avec ceux de la protection, de la restauration et de l’aménagement de ce patrimoine. Néanmoins, le cadre juridique offre une diversité de réponses possibles à des situations où ces vestiges peuvent être concernés par les projets d’aménagement. Si l’intégration de l’archéologie dans ces derniers n’est pas encore à la hauteur du potentiel offert par les chantiers de restauration, la preuve tangible de la réussite des collaborations et des dialogues positifs a été présentée sous la forme d’un bilan régional et thématique de plus de 183 chantiers réalisés dans la région depuis une vingtaine d’années.

2Ces interventions devaient répondre en premier lieu aux attentes des acteurs chargés de la gestion du patrimoine. Ce faisant, elles ont produit une quantité importante d’observations secondaires par rapport aux objectifs principaux. Souvent inexploitées, elles constituent une source riche de données scientifiques intéressantes pour la recherche archéologique. La deuxième partie du travail consiste en une évaluation critique de la méthodologie mise en œuvre lors des interventions, dont une présentation de la documentation écrite et iconographique exploitée pour chaque site. La diversité des cadres juridiques ont conduit à des approches et à des méthodes très différentes, conditionnant en partie la qualité et la quantité des données obtenues. La recomposition des rapports de fouille pour notre corpus fut une confrontation directe avec les problèmes de la pérennité et de la transmission des données archéologiques et de la qualité de l’archive principale. Cette partie du travail a permis d’établir le bilan régional et de présenter le corpus des sites qui servent de base pour la troisième partie du mémoire : 41 édifices de différents types de la région Centre ayant fait l’objet d’interventions archéologiques sous la responsabilité de l’auteur. Avec une fourchette chronologique comprise entre le milieu du XIe siècle et le début du XVIIe siècle, la composition de ce corpus est le reflet de la politique de protection et d’aménagement du patrimoine. Certaines catégories d’édifice sont donc sous-représentées, notamment l’habitat domestique rural et urbain. Ce corpus fut complété par 39 édifices, essentiellement des églises paroissiales, dans le sud du Berry. Ces édifices servent de points de comparaison.

3La composition d’apparence hétéroclite du corpus peut être vue comme une forme d’échantillonnage qui permet de s’affranchir des typologies habituelles ou des fourchettes chronologiques fermées. Cette diversité obligeait l’adoption d’une approche comparative et diachronique, où les inévitables lacunes propres à chaque site étaient atténuées par la multiplication du nombre de sites. L’exploitation des données des fouilles a permis de restituer la chaîne opératoire du chantier de construction de la carrière jusqu’à l’achèvement de l’édifice et son évolution jusqu’à l’objet patrimoine d’aujourd’hui. Les compétences des bâtisseurs ont été appréhendées par plusieurs biais dont l’exploitation du potentiel offert par l’environnement géologique et les soins apportés à la préparation et à la mise en œuvre de la pierre. Les relations entre le petit appareil et la pierre de taille ont été considérées sous la lumière des considérations économiques, techniques et esthétiques.

4L’analyse des techniques de fondation et des rapports entre les composants du gros œuvre (maçonneries, ouvertures, systèmes de couvrement) permet d’évaluer le savoir-faire des bâtisseurs. La pérennité de certaines formes et techniques et la récurrence de certains désordres pendant toute la période chronologique ont été constatées et posent la question de la définition de ce qui peut être considéré comme une architecture « savante » par rapport à celle dite « traditionnelle », sous-entendu peu avancée ou archaïque. Ces termes deviennent plutôt relatifs, voire inopérants. Face à une évolution des compétences qui n’était ni universelle ni linéaire, les relations entre bâtisseur, commanditaire et la technicité d’un édifice se sont montrées plus complexes. La taille d’un édifice ou le statut élevé de son commanditaire ne garantissent nullement une conception technique sans faute ni une exécution soignée. Si la place de la pierre dans la construction a été prépondérante dans notre corpus, il a été possible de souligner l’importance du bois à toutes les étapes de la construction et à toutes les périodes. Parfois préservé in situ, où il est une source potentielle de données chronologiques et d’indicateurs environnementaux, la restitution des structures disparues passe essentiellement par l’analyse des négatifs que laisse le bois dans les maçonneries. Pour certains sites, la maçonnerie visible aujourd’hui n’est qu’une armature pour des ouvrages en bois. La lecture des traces du chantier au sol et dans les élévations permet d’aborder les processus de la construction. Pour le travail en hauteur, il a été possible d’esquisser un panorama des aménagements provisoires du chantier où, encore une fois, le bois joue un rôle prépondérant. Couplées avec l’analyse des parements, ces structures provisoires permettent d’identifier des séquences de montage des maçonneries, des ruptures dans le travail ou des changements de projet.

5À travers la synthèse de ces données, il a été possible de toucher aux aspects sociaux du chantier dont l’organisation du travail et des éventuelles expressions de l’individualité des ouvriers ou d’une équipe. Les techniques de montage et l’interprétation des marques lapidaires posent la question de la mobilité des artisans et la transmission du savoir-faire, mais cet aspect du chantier a sans doute été insuffisamment développé. La dimension humaine reste moins facilement abordable que les aspects techniques. Sans doute faudrait-il d’autres données pour mieux cerner les bâtisseurs, restés encore en filigrane. La question du cadre de vie a été abordée par le biais des observations sur les éléments de finition comme les revêtements au sol, les enduits, les éléments de confort et d’hygiène. Les aléas de la conservation ont toutefois tendance à nous laisser avec l’impression d’une coquille vide alors que le bâti ancien sous toutes ses formes était garni par le second œuvre des différents corps de métier et par un mobilier parfois riche. Cet aspect de notre travail, et l’appréciation du « comment vivre » méritent également d’être approfondis.

6En appréhendant le chantier dans sa matérialité, l’approche archéologique permet d’écrire une histoire de la construction parfois bien différente quoique complémentaire à celle connue de l’analyse stylistique ou de l’étude des textes. L’exploitation de ces données démontre que l’archéologie représente une véritable plus-value non seulement pour les besoins de la gestion du patrimoine architectural, mais aussi pour la recherche scientifique. Elle a également démontré tantôt par sa présence tantôt par son absence, l’importance du concours des autres disciplines et d’un regard pluriel pour passer du stade de la mise en phase et de la description, aussi complètes soient-elles, à celui d’une interprétation approfondie : historiens de l’art, de l’architecture et de la religion, les spécialistes des matériaux, ethnologues et hommes de métier. Le chantier de restauration ou d’aménagement reste toujours un lieu privilégié où sont réunis les moyens matériels et humains et la possibilité d’accéder à notre objet d’étude. Les méthodologies mises en œuvre dans ce contexte sont certes puisées dans le répertoire commun à tous les archéologues. Cependant, les enjeux qui lui sont propres nécessitent encore de trouver des réponses institutionnelles pour améliorer la prise en compte de notre discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Construire au Moyen Âge en région Centre », Archéopages, 40 | 2014, 176-177.

Référence électronique

Simon Bryant, « Construire au Moyen Âge en région Centre », Archéopages [En ligne], 40 | avril-juillet 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 août 2017. URL : http://archeopages.revues.org/667

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Inrap, UMR 7041 « Archéologie et sciences de l’Antiquité »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Inrap

Haut de page
  • Logo Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Revues.org